En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques anonymes.
En savoir plus sur la gestion des cookies

Latin

Latin : Page d'accueil

Par webmestre rutigliano, publié le samedi 15 octobre 2011 18:52 - Mis à jour le lundi 16 janvier 2012 19:19

PETIT MEMORANDUM

            Pourquoi étudier le LATIN ?

Une raison « alimentaire », pour commencer !

            Faire du latin rapporte des points au Brevet des Collèges.

            Présenter l’option Latin au Bac est sans risque et peut rapporter gros, car seuls comptent les points au-dessus de 10 (comme pour le Brevet)... De surcroît, le coefficient a été porté à 3 en 2005 ! Précisons que les examinateurs ont tendance à bien accueillir les élèves de Terminale qui ont eu le courage et la sagesse de conserver l’option jusque-là : les notes obtenues sont la plupart du temps supérieures à 15.

Faites le calcul : 15/20 (hypothèse basse) = 5 points x 3, soit 15 points : c’est bon à prendre quand on vise une mention…

Insistons sur l’importance, de nos jours, d’avoir dans ses bagages (et sur son CV (Curriculum Vitae, mots latins !) de nombreuses années de latin ou de grec dans sa scolarité ; les langues anciennes sont devenues un outil de sélection très efficace (on cherche des gens qui sachent parler, écrire correctement, réfléchir).

Mais au fait qu’est-ce que le LATIN ?

Le latin n’est pas une langue morte, comme on le dit souvent, c’est une langue ancienne, la langue de Rome, puis du Latium, 1er millénaire avant notre ère, elle a été employée (comme langue écrite) jusqu’à une date proche de nos jours, en des usages littéraire, juridique, diplomatique ou liturgique.

Extension chronologique donc, mais aussi extension géographique : parti de presque rien (une petite communauté de souche indo-européenne venue se fixer dans le Latium), le latin a fini par couvrir une partie de l’Europe, de l’Afrique et du Proche-Orient, et se trouve, avec les langues romanes, à l’origine d’un immense empire linguistique.

Parlé en Gaule depuis le milieu du Ier siècle A.C., le latin est à l’origine de notre langue : le français n’est autre que du latin transformé ; 85 % des mots du français sont des mots latins à peine modifiés. 300 mots latins sont même passés tels quels en français, des mots que vous utilisez tous les jours, comme agenda, album, animal, aquarium, curriculum vitæ, duplicata, et cœtera, examen, ex æquo, forum, idem, interim, lavabo, minimum, maximum, omnibus, specimen, tribunal, visa

Et puis, la langue latine a été parlée dans les différents territoires conquis par Rome, où elle a subi des transformations différentes : on désigne cette famille de langues issues du latin sous le nom de « langues romanes » (le français, l’italien, l’espagnol, le portugais, le roumain, le catalan, l’occitan, le romanche), dont l’étude est beaucoup plus claire et plus facile si l’on connaît le latin : on reconnaît comme en transparence le sens des mots, la conjugaison des verbes, la construction des phrases…

Enfin, des langues nordiques, pour la plupart étudiées à l’école, comme l’anglais, l’allemand, le russe, ont par leur vocabulaire ou leur grammaire bien des parentés avec le latin (famille des langues "indo-européennes").

Vous l’avez compris, la connaissance du latin apporte évidemment une aide précieuse, par l’étude de l’étymologie, à la compréhension et à la maîtrise des pièges de l’orthographe française. Mais aussi elle aide à mieux comprendre et à mieux retenir les langues étrangères par l'étude, là encore, des racines des mots (pater en Latin, father en anglais, vater en allemand, padre en espagnol...).

Primordiale est donc l’étude de l’étymologie : en fait, quand ils auront tout oublié de leurs cours de latin, il restera au moins aux élèves la sensation d’une certaine transparence de tous ces mots qui viennent du latin.

Par ailleurs, le latin est la langues des sciences et des techniques : quand on veut nommer une nouvelle invention, on puise dans le réservoir lexical que constitue le latin (ou le grec, dans certains domaines) ; ainsi,

  • « vélo » est l’abréviation de « vélocipède » < velox, rapide, et pedem, pied !
  • « avion » < avis, l’oiseau ;
  • « ordinateur » < ordinator, « celui qui met en ordre » (anglais « computer » < computare, « compter ») ;
  • « frigo » est l’abréviation familière de Frigidaire, marque déposée (1922), d’après le mot latin frigidarium, « glacière », mais aussi, « salle froide des bains publics »…

 Le latin et le grec sont partout, et on demande à quoi sert leur étude ?

Le latin, comme le grec, une autre langue ancienne étudiée à l’école, sont omniprésents dans notre langue, donc, mais aussi dans notre culture. La Rome antique imprègne tous les aspects de notre mode de vie, de notre organisation sociale, de nos habitudes (droit, politique, arts, littérature, sciences).
            L'étude du latin permet donc d'accéder aux fondements de notre civilisation, à la pensée des grands auteurs antiques, qui ont laissé une œuvre majeure, et ainsi de mieux comprendre le monde d'aujourd'hui : elle participe à l'éducation, à la citoyenneté.

Les élèves se passionnent pour la Mythologie, et ne restent pas insensibles devant les richesses de l’art grec et romain. Ils prennent contact avec des civilisations certes  disparues, mais qui ont façonné la nôtre.

            L'étude du latin leur apportera une culture et une ouverture d’esprit, facteurs importants de réussite dans la poursuite des études, grâce à de plus grandes connaissances historiques, culturelles, mythologiques.

            N’oublions pas le voyage en Italie (Rome-Baie de Naples) exclusivement réservé aux élèves qui étudient une langue ancienne au collège. 

            A qui s'adresse cette option ? Il n'est absolument pas nécessaire d'être bon en français, ou d’être un bon élève tout court, ou de se sentir « littéraire ». Au contraire, le latin ne peut qu’aider les élèves qui ont des difficultés, notamment en français.

            À tous, l’étude du latin assure une connaissance raisonnée du langage, indispensable dans toutes les disciplines.

 Les langues anciennes constituent un remarquable outil de formation et sont un excellent entraînement à la réflexion logique (c’est un plus pour les esprits mathématiques et scientifiques). Elles fournissent à terme un véritable outillage intellectuel, en mettant en œuvre les mécanismes intellectuels fondamentaux : capacité d’analyse, de synthèse, de rigueur, de mémoire.

C’est un apprentissage qui contribue au développement des qualités nécessaires à toute activité humaine, intellectuelle et pratique, quelles que soient l’orientation et la carrière ultérieurement choisies.

Latin_01

Latin_02

L'équipe pédagogique est représentée par :

Mme Gouverneur

Pièces jointes
Aucune pièce jointe